CNC : une année 2016 record pour l’animation à la télévision et au cinéma

Paris - Publié le jeudi 8 juin 2017 à 18 h 41 - n° 95366 « 2016 a été une année record pour l’animation audiovisuelle avec une hausse de 40 % des investissements, à 250 M€, et une contribution record du CNC CNC Centre national du cinéma et de l’image animée Lire la suite à environ 60 M€, soit une augmentation de 70 % », déclare Frédérique Bredin, présidente du CNC, lors de la présentation des chiffres du marché de l’animation en 2016, le 08/06/2017. Il s’agit également d’une année record pour le cinéma, avec dix films français agréés en 2016, contre trois en 2015.

Le CNC salue le double effet du renforcement du fonds de soutien, qui a permis d’augmenter « considérablement » le montant des aides du CNC, avec près de 20 M€ supplémentaires, et la revalorisation du crédit d’impôt avec des « effets très clairs ».

« Cela a donné des résultats rapides et spectaculaires : une dizaine de studios ont été créés à Lyon, Valence, Paris ou Angoulême, des productions ont été rapatriées et nous avons vu se développer des studios prestataires comme Karibara ou encore Dwarf. La réforme des crédits d’impôt national et international a permis de générer 332 M€ d’activité supplémentaire dans l’animation », ajoute Frédérique Bredin.
© D.R.
© D.R.

« L’animation est un vrai modèle d’excellence » (Frédérique Bredin)

« L’animation est un vrai modèle d’excellence. C’est le genre le plus international avec 25 % des investissements étrangers en moyenne, et un taux de 90 % de coproductions pour la télévision et de 80 % pour le cinéma. C’est aussi le premier genre à l’export avec 30 % des recettes. Trois écoles françaises figurent dans le top 10 des meilleures écoles dans le monde, notamment les Gobelins, à la deuxième place. »

La production d’animation

Télévision : 388 heures d’animation produites

En 2016, 388 heures d’animation audiovisuelle ont été produites, soit le plus haut niveau depuis 2006. Cette augmentation est le fruit d’un effet d’attente lié à la revalorisation du soutien du CNC et le renforcement du crédit d’impôt. Entre 2015 et 2016, le nombre d’heures produites est en hausse de 31,6 %. Sur dix ans, le volume moyen est de 315 heures.

Les devis sont en augmentation de 41,7 %, pour atteindre 256,3 M€. En dix ans, 1,9 Md€ ont été investis dans l’animation audiovisuelle, dont 492,6 M€ d’apports étrangers (environ 25 %).

En 2016, l’apport du CNC atteint son plus haut niveau avec 59,3 M€, en hausse de 68,6 %. Les apports des chaînes TV sont également en hausse de 41,9 %, à 61,5 M€, tout comme les financements étrangers (58 M€, +32,9 %).

Tous les formats évoluent, avec une forte progression en 2016 : les séries de 11 à 13' (+58 heures), les moins de 8' (+34 heures) et les séries entre 23 et 26' (+11 heures). En conséquence de cette évolution de formats, les coûts de production changent aussi. Les productions de plus de 700 000 € par heure sont en progression et représentent 40,6 % des productions contre 34,8 % en 2015. La part des productions de moins de 500 000 € par heure diminue, passant de 13,4 % en 2015 à 4 % en 2016.

Cinéma : dix films d’animation produits

En 2016, dix films d’animation sont produits, soit sept de plus qu’en 2015. Le total des devis s'élève à 72,6 M€, 3,3 fois plus qu’en 2015. Le devis moyen est en revanche stable (-0,5 %), à 7,3 M€. Depuis 2007, 846,6 M€ ont été investis, dont 201,3 M€ d’apports étrangers (24 %).

5 500 emplois dans le secteur de l’animation (chiffres de 2015)

Le secteur compte environ 5 500 emplois en 2015, soit 1 000 emplois supplémentaires depuis 2007 et 2 000 depuis 2004. La masse salariale s'élève à 120 M€, pour 80 % d’intermittents. Le CNC s’attend à des chiffres en progression pour 2016, quand les chiffres seront disponibles.

Le secteur est encore assez jeune (35 ans d'âge moyen, 73 % des techniciens intermittents de moins de 40 ans) et masculin (69 % des techniciens intermittents sont des hommes). La présence des femmes se renforce en revanche sur les postes de permanents.

Les crédits d’impôt ont permis d’avoir deux fois plus de dépenses en France

Les crédits d’impôt ont permis d’avoir deux fois plus de dépenses en France en un an dans le secteur de l’animation, pour atteindre 167 M€ de dépenses supplémentaires.

Crédit d'impôt 20152016Écart
CI audiovisuelNombre d'heures de programmes222356134 heures
 Dépenses en France127 M€203 M€+76 M€
CI CinémaNombre de films28+6 Films
 Dépenses en France11 M€54 M€+43 M€
CI InternationalNombre de projets819+11 projets
 Dépenses en France27 M€75 M€+48 M€
TotalDépenses en France165 M€332 M€+167 M€

Les dépenses de production reviennent en France, avec 81 % des dépenses en France en 2016, contre 69,2 % en 2007.

34 millions d’entrées pour les films d’animation en salles

Les films d’animation sortis en salles en 2016 réalisent 34 millions d’entrées, soit 17,6 % des entrées des films inédits. Ils génèrent 204,2 M€ de recettes (16 % des recettes des films inédits). La recette moyenne par entrée s'établit à 6,01 €.

Les films d’animation américains représentent 30,1 millions d’entrées et les films français 2,8 millions. Les films français captent 8,4 % des entrées des films d’animation, contre 88,6 % pour les films américains.

En 2016, le public se compose de 3-14 ans (37,3 %), 15-24 ans (12,1 %), 25-49 ans (39,4 %) et 50 ans et plus (11,1 %).

14 060 heures d’animation à la télévision en 2016

À la télévision, les chaînes nationales diffusent 14 060 heures d’animation sur l’ensemble de la journée en 2016, en hausse de 1 % par rapport à 2015. 74 % de l’offre est diffusée sur les chaînes de la TNT TNT Télévision numérique terrestre , contre 26 % sur les chaînes historiques. L’animation française représente 50,5 % de l’offre d’animation des chaînes nationales. Les trois premières chaînes en termes de volume sont Gulli (5 452 heures), France 4 (3 880) et France 3 (1 169 heures).

L’animation représente 30,2 % de la consommation TV pour les 4-10 ans (148 heures), et 12,2 % pour les 11-14 ans (62 heures) alors que le genre représente 7,4 % de l’offre globale.

Les cinq meilleures audiences de films d’animation en 2016 sont tous des films américains : La Reine des neiges (M6), Ratatouille (M6), Rio (TF1), Dragons 2 (France 2), Le monde de Némo (M6), tandis que du côté des séries d’animation, quatre des cinq meilleures audiences sont réalisées par des séries françaises, derrière la Pat’patrouille (TF1) avec : Tu mourras moins bête (Arte), Salaire net et monde de brutes (Arte), Miraculous (TF1) et les Mystérieuses cités d’or (TF1).

En 2016, 149 films d’animation différents ont été diffusés à la télévision, donnant lieu à 372 diffusions. 32,9 % des films d’animation sont inédits. 32,8 % des films d’animation diffusés sur les chaînes nationales gratuites sont des films français. 54,8 % des films d’animation diffusés en 2016 l’ont déjà été en 2015. Les sept films les plus rediffusés sont les films de la franchise Astérix, diffusés entre 13 et 16 fois depuis dix ans.

La consommation délinéarisée en augmentation

La consommation délinéarisée est en augmentation de 65,3 % en 2016 à 1 994 heures et l’offre de TVR TVR Télévision de rattrapage  s'établit à 731 heures par mois (+7,1 %).

L’exportation

Les programmes audiovisuels

En 2015, les flux financiers à l’exportation atteignent 94,3 M€. L’animation concentre 30,8 % des ventes de programmes audiovisuels français, et est le premier genre audiovisuel à l’export. 

Évolution de l'exportation des programmes d'animation (M€)

Les films français

Les films français d’animation peuvent générer jusqu'à deux tiers de leurs entrées à l’international. Sur la période 2007-2016 les films d’animation français réalisent 50,8 % de leurs entrées à l'étranger. Les films français d’animation réalisent, en 2016, 2,8 millions d’entrées en France et 5,6 millions à l’international, des chiffres en deçà de l’année 2015 où ils avaient généré 21,7 millions d’entrées à l'étranger, portées par le Petit prince, Mune ou Asterix. 

Fiche n° 2539, créée le 01/12/14 à 16:18

Centre National du Cinéma et de l'image animée

• Centre national du cinéma et de l’image animée
• Création : 1946
• Établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la communication
• Missions :
- soutien à la création et à l'économie du cinéma, de l’audiovisuel, de la vidéo, du multimédia et des industries techniques
- réglementation et promotion du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia et leur diffusion auprès de tous les publics
- conservation et valorisation du patrimoine cinématographique.
• Présidente : Frédérique Bredin, depuis le 15/07/2013
• Contact : Sophie Charbonnier
Tél. : 01 44 34 34 71


Centre National du Cinéma et de l'image animée
12 rue de Lübeck
75784 Paris Cedex 16 - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

loader mask
1